Objectifs et avantages du BSIS


  • Objectifs du dispositif BSIS

Le dispositif BSIS identifie les avantages, à la fois matériels et immatériels, qu'une Business School apporte à son environnement local dans la lignée de ses activités d'enseignement. La Business School dépense de l'argent dans sa zone d'impact ; elle achète des biens et des services, elle fournit des emplois et paie des salaires qui sont partiellement dépensés dans cette zone. Elle attire des étudiants extérieurs à sa zone qui dépensent eux aussi de l'argent pour leurs besoins courants, pour se nourrir et se loger.

Au-delà de l'impact purement financier qu'une Business School a sur la vie économique de son environnement local et qui peut être mesuré ou estimé de manière quantitative, elle contribue à la vie économique et culturelle de sa communauté de différentes façons. Son corps enseignant génère la création de nouvelles entreprises à travers des projets entrepreneuriaux et répond aux besoins des entreprises locales à travers la formation professionnelle et le développement managérial. Ses étudiants sont une source de dynamisme dans la vie de la région et constitue un vivier de talents précieux une fois diplômés.

A travers son programme de recherche et les nombreux événements que la Business School organise chaque année, l'établissement offre une agora intellectuelle d'importance avec l'introduction d'idées nouvelles sur des thèmes cruciaux et variés, et pas uniquement aux entreprises, mais également à toutes les organisations politiques et sociales de la région. Dernier point, mais pas le moindre, la Business School contribue de façon significative à l'image de la ville et de la région.

Dans le cas d'une Business School ou d'une Faculté faisant partie d'une Université, l'impact est combiné avec celui de l'institution dans son ensemble, mais cet impact est mesuré séparément et est le plus souvent distinct.


  • Avantages du BSIS

A une période où toutes les organisations, publiques ou privées, doivent rendre toujours plus de comptes quant à la tenue de leurs activités, émerge un réel besoin de montrer l'impact qu'elles ont sur leur environnement, en s'appuyant sur de la documentation solidement étayée. C’est tout particulièrement le cas lorsqu’elles sont financées ou supportées au niveau politique et économique par des parties prenantes locales.



Pour atteindre cet objectif, le dispositif BSIS intervient à deux niveaux :

1 Tout d'abord, il aide la Business School dans la tâche ardue d'extraire les données financières et statistiques pertinentes à partir de la base d'informations existante.  Dans le cas où les données ne peuvent être dissociées du reste des informations, la Business School devra adapter son système de recueil de données dans le but d'accéder à l'information demandée. A la fin du processus d'examen, la Business School aura un système d'informations en place qui permettra de déterminer son impact sur son environnement local sur un base comparative annuelle.

2 Dans un second temps, le dispositif fournira une analyse externe à partir des données existantes, construite par deux experts ayant une solide expérience internationale. Le rapport écrit indépendamment établi servira alors de document objectif et convaincant pour la communication de la Business School envers ses parties prenantes locales.


Pour conclure, on peut décrire le dispositif  BSIS comme étant un instrument d'identification, et quand cela est possible, de mesure des éléments factuels existants qui caractérisent l'impact de la Business School sur son environnement. Ce n'est pas un système d'accréditation fondé sur une évaluation qualitative. Un Business School ne peut pas échouer au BSIS. Il ne s'agit pas non plus d'un système de classement tentant de ranger les institutions par niveau ou poussant à les comparer les unes aux autres.

On ne peut affirmer qu'il n'existe aucune dimension subjective dans le dispositif BSIS. En effet, le rapport écrit contiendra des recommandations pour améliorer l'impact d'une Business School : pour mettre en place des systèmes de "reporting", pour communiquer plus efficacement, pour encourager certains types d'activités montrant un intérêt particulier pour la communauté locale, et surtout pour mieux gérer l'équilibre stratégique entre son ancrage local d'une part et son champ d'action national et international d'autre part.