Appels à communication

Le modèle coopératif agricole La sécurité alimentaire au défi de la durabilité: Des expériences d’Afrique et d’ailleurs

Date limite de soumission : 30/04/2024

ARGUMENTAIRE
En Afrique, le secteur agricole, comprenant la production agricole, la foresterie, la pêche et l’élevage, demeure le pilier central de l’emploi et des revenus dans les zones rurales et périurbaines. Ces régions, abritant la majorité de la population, sont confrontées à des défis économiques majeurs tels que la précarité, l’insécurité alimentaire, l’accès difficile aux facteurs de production et aux services sociaux de base.
Face à cette dynamique, une question se pose quant à la capacité du monde rural africain à faire face à une demande croissante de produits alimentaires et à contribuer à la souveraineté alimentaire du continent.

Dans ce contexte, le modèle coopératif présente un moyen efficace pour les petits producteurs d’accéder:

  • Aux ressources naturelles telles que la terre et l’eau,
  • À l’information, à la communication, à la connaissance et aux marchés,
  • À la nourriture et aux facteurs de production,
  • Aux dispositifs d’élaboration, de suivi- évaluation et d’évaluation des politiques publiques

Grâce à cet appui, les petits producteurs ont la possibilité d’améliorer leurs conditions de vie, de répondre à la demande croissante de produits alimentaires sur les marchés locaux, nationaux et internationaux. Cela contribue efficacement à la lutte contre la pauvreté, à la sécurité alimentaire, à l’éradication de la faim et à la diminution des disparités sociales. Parallèlement, la question alimentaire suscite une inquiétude persistante de nos jours, avec pour objectif d’assurer un accès universel à une alimentation saine et de qualité. La crise alimentaire de 2007-2008 avait déjà placé la sécurité alimentaire et nutritionnelle en priorité dans l’agenda africain et international. En 2019, la FAO indiquait que 20 % des Africains, soit environ 250 millions de personnes, souffraient de la sous- alimentation, dépassant ainsi de deux fois et demie la moyenne mondiale. Selon les projections de la FAO, ce chiffre devrait atteindre 430 millions d’ici 2030. Plusieurs facteurs contribuent à cette situation, tels que les conditions climatiques (sécheresse, inondations, épidémies acridiennes), l’instabilité des marchés internationaux et régionaux, ainsi que les conflits et l’insécurité physique des populations. Selon STISA-2024, les statistiques révèlent que l’insécurité alimentaire persistante affecte 239 millions d’Africains, dont 30 % à 40 % sont des enfants de moins de 5 ans qui continuent de souffrir de la malnutrition chronique, atteignant un stade critique pour leur survie et leur développement cognitif et physique. L’Afrique doit renforcer ses moyens et ses capacités de réponse, tout en tirant parti des relations existantes avec les partenaires non-africains concernés, pour relever les nouveaux défis tels que les faibles rendements des denrées, le changement et la variabilité climatiques, la gestion de l’eau et des terres, et l’accroissement de la volatilité des prix sur les marchés mondiaux. Ces défis pourraient compromettre les efforts déployés par le continent pour éradiquer la faim et atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
STISA-2024 a souligné également le rôle crucial de la coopération internationale en tant que mécanisme nécessaire au développement socio-économique du continent. Il insiste également sur l’inclusion de l’agriculture durable parmi les priorités, ce qui indique une prise de conscience de la nécessité de promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, économiquement viables et socialement équitables. Cette déclaration révèle une approche holistique et intégrée pour aborder des enjeux cruciaux liés à l’alimentation, à l’agriculture et au développement sur le continent africain. Dans cette perspective, les récentes études mettent en évidence l’efficacité du modèle coopératif dans la promotion de la sécurité alimentaire, axée sur l’initiative locale (Klein & Enríquez, 2022). Pour rappel, la sécurité alimentaire, considérée comme un défi majeur contemporain, englobe la disponibilité, l’accessibilité et l’utilisation optimale des aliments pour assurer une nutrition saine à l’échelle mondiale (Makhlouf et al., 2017). Ces aspects cruciaux reposent sur quatre piliers économiques : la disponibilité des produits alimentaires, l’accessibilité des denrées, la qualité des aliments et la stabilité (des disponibilités, des capacités d’accès et de la qualité des aliments) (Alahyane, 2017).
La problématique de la sécurité alimentaire est étroitement intriquée avec celle de la souveraineté alimentaire. Avant le sommet de l’Uruguay en 1986, les politiques agricoles protectionnistes adoptées par certains pays développés, en particulier au sein de l’Union européenne, étaient motivées par la recherche de la sécurité alimentaire (Dupraz et al., 2010). L’échec des initiatives visant la libéralisation des activités agricoles a rapidement suscité des remises en question concernant les orientations du sommet de l’Uruguay, et la souveraineté alimentaire a retrouvé sa place sur le devant de la scène. Elle en matière d’innovation pour la sécurité alimentaire. Le rapport de l’OCDE (2016) souligne le rôle des coopératives dans la stabilisation des prix des denrées alimentaires et dans l’offre de marchés fiables pour les petits agriculteurs, contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de l’accès à la nourriture.

Intérêts du colloque

L’organisation de ce colloque portant sur le modèle coopératif agricole et la sécurité
alimentaire en Afrique et ailleurs requiert une méthodologie spécifique afin de prendre en considération les défis, les opportunités, ainsi que les dynamiques intrinsèques à ce continent. Cette manifestation scientifique a pour ambition notamment :

  • D’examiner les spécificités du modèle coopératif agricole africain : Le continent africain présente une diversité significative sur les plans climatique, historique, géographique et culturel. Il devient impératif d’entreprendre une analyse approfondie afin de comprendre l’impact de cette diversité sur l’établissement et le fonctionnement des coopératives agricoles. Par conséquent, une adaptation inéluctable des modèles coopératifs en accord avec les particularités régionales
    s’avère nécessaire.
  • D’étudier l’impact des dynamiques socio-économiques sur la pérennité du modèle coopératif agricole africain : L’investigation des composantes socio-économiques, incluant la densité démographique, la répartition des revenus et le niveau d’éducation, et la corrélation de ces facteurs avec la pérennité des coopératives agricoles, constitue une nécessité. Il devient impérieux de saisir de manière approfondie la manière dont ces paramètres exercent leur influence sur l’engagement des agriculteurs en particulier et sur les filières agricoles en général, au sein de ces entités coopératives.
  • D’examiner le rôle des coopératives dans la lutte contre l’insécurité alimentaire en Afrique : Les travaux de ce colloque seront axés sur l’examen de la contribution des coopératives à renforcer la résilience des systèmes alimentaires, notamment en réponse aux défis tels que le changement climatique et les crises sanitaires.
  • Susciter les débats autour de questions et problématiques peu explorées liées à l’innovation technologique, au management et au marketing des coopératives agricoles, à l’évaluation des politiques publiques en soutien aux coopératives, ainsi qu’aux autres problématiques nouvelles des systèmes alimentaires en général
  • Présenter, dans une perspective comparative, des expériences nationales et internationales, africaines et même hors Afrique.

Axes du colloque

L’objectif de ce colloque est d’explorer diverses problématiques liées à la durabilité et à la sécurité alimentaire, en mettant particulièrement l’accent sur le contexte
du modèle coopératif agricole africain, tout en étant ouvert à d’autres expériences. Dans cette optique, nous sollicitons des contributions théoriques et/ou empiriques abordant les axes suivants (cette liste n’est pas exhaustive) :

  • Les modèles coopératifs en contexte de crise sanitaire et climatique en Afrique
  • Innovation et technologie dans les coopératives agricoles africaines
  • Management, marketing et gouvernance des coopératives agricoles en Afrique
  • Durabilité environnementale et modèle coopératif agricole
  • Éthique, équité et responsabilité sociale
  • Alliances, souveraineté énergétique et souveraineté alimentaire
  • Impact de la répartition de valeur et des stratégies de filière sur le MCA
  • Modèles de financement innovants
  • Identité culturelle des coopératives Agricoles
  • La consommation durable et la sécurité alimentaire
  • La résilience des systèmes alimentaires et la transition alimentaire en Afrique
  • Les modèles coopératifs et l’accès aux ressources naturelles
  • Contribution des systèmes de distribution et de la logistique à la sécurité alimentaire
  • Les politiques de soutien à l’agriculture et à la sécurité alimentaire durable
  • Sécurité alimentaire, urbanisation et coopération internationale
Contact :

Soumission de propositions

Des propositions à la fois empiriques et/ou théoriques sont sollicitées. Nous
invitons les chercheurs et les praticiens à soumettre un résumé ne dépassant pas 350 mots sur les axes susmentionnés (Les propositions liées aux autres axes non cités sont aussi les bienvenues).
Le résumé devrait être rédigé selon le format Times New Roman, police 12, interligne 1,5.

  • Les propositions (Résumé et texte intégral) doivent être envoyées à l’adresse
    suivante : mcacolloque24@gmail.com
  • Le fichier envoyé devrait être nommé comme suit : initiale(s) du prénom et nom complet de l’auteur ou du premier auteur en cas d’un travail collectif (avec un numéro en cas de soumissions multiples).
    Les résumés doivent suivre ce format : Titre de la communication ; Noms des auteurs et leurs affiliations ; Coordonnées des auteurs ; Résumé (En français en plus de la langue de rédaction du texte intégral); Mots clés (5 mots clés maximum).

Langues du colloque

  • Les papiers peuvent être rédigés en Français, en Anglais ou en Arabe.
  • Les présentations et vidéo projection (PowerPoint) seront rédigées en Français, en
    Anglais ou en Arabe.
  • Les présentations orales et les discussions sont autorisées en Français, en Anglais
    et en Arabe.

Dates importantes
Date limite d’envoi des propositions de communication (Résumé) 30/04/2024
Notification d’acceptation des résumés de communication 15/05/2024
Date limite d’envoi des communications (Texte intégral) 15/07/2024
Date limite de notification d’acceptation définitive après évaluation en double aveugle par les membres du comité scientifique : 10/09/2024
Date limite de remise des versions définitives retenues 18/09/2024

Date du colloque: 15 & 16 OCTOBRE 2024

Tenue du Colloque (FSJES Ait Melloul, Maroc)

Partager :

Membre du réseau FNEGE

04 avril 2024

Cérémonie annuelle de remise de prix et conférences

Actualités Réseau
15 avril 2024

Appel à contributions – 4ème édition du MASCIK Workshop

10 avril 2024

Sustainability in the Financial System

Abonnez-vous à notre newsletter !

(*) Champs obligatoires