Appels à communication

Les territoires du travail et les espaces des organisations

Date limite de soumission : 15/03/2024

La pandémie de COVID-19 a catalysé une transformation majeure du monde du travail, avec une généralisation sans précédent du télétravail (Pennequin, 2020 ; Madero Gómez et al., 2020). Cette dynamique a bouleversé les paradigmes traditionnels des espaces de travail et nous a placés à un point de bascule pour les organisations (Kniffin et al., 2021). Les organisations, jadis considérées comme les territoires primaires du travail, voient leurs frontières s’étioler face à l’émergence de nouveaux espaces de travail (Sewell & Taskin, 2015). De l’open-space au domicile, en passant par les tiers-lieux et les espaces de coworking, le lieu de travail s’est étendu bien au-delà des murs de l’organisation (Capdevila, 2015). Cette déspatialisation du travail (Taskin, 2006) a eu pour conséquence une redéfinition profonde des territoires du travail, en phase avec notre époque globalisée, digitale et hyperconnectée (Lussault, 2017).

La notion d’espace organisationnel a été profondément redéfinie et nécessite une reconsidération. Auparavant perçus avant tout comme des lieux de production, les espaces de travail deviennent désormais aussi des lieux de socialisation et de cohésion (Halford, 2005 ; Minchella, 2021). Ce changement est d’autant plus marqué dans le contexte du télétravail, où les interactions sociales formelles et informelles, essentielles à la dynamique organisationnelle, sont remises en question (Gajendran & Harrison, 2007). Cette transition soulève des sujets qui constituent le cœur des thèmes proposés pour ce colloque.

Premièrement, il est nécessaire d’interroger les impacts de ces nouvelles formes d’organisation des espaces de travail sur les individus et les collectifs. Des études ont montré que les différentes formes d’espaces ouverts peuvent entraîner une baisse de la satisfaction au travail et de la productivité, en raison des distractions et du manque de confidentialité (Registre et al., 2022) voire une déshumanisation (Taskin et al., 2019). De même, le télétravail, malgré ses avantages, peut également conduire à un sentiment d’isolement et à des difficultés de séparation entre vie professionnelle et vie privée (Allen et al., 2015).

Deuxièmement, il s’agit d’étudier les incidences de ces changements sur le management des équipes, désormais en partie à distance. La gestion à distance demande de nouvelles compétences managériales, notamment pour maintenir la cohésion de l’équipe et la motivation des employés (Frank & Gilbert, 2007 ; Le Clech, 2007).

Troisièmement, il semble important d’identifier les nouvelles fonctions des espaces de travail au sein des organisations. L’accent est désormais mis sur la création d’espaces de travail qui favorisent le bien-être des employés, l’innovation et la collaboration (Vittersø, 2016). Dans quelle mesure ces réorganisations spatiales (au sens matériel) participent-elles à cela ?

Enfin, des contributions sont attendues sur la façon dont les individus s’approprient ces nouvelles spatialités du travail. Les recherches montrent que les individus cherchent à personnaliser leur espace de travail pour le rendre plus confortable et conforme à leur identité (Ajdukovic, 2014; Minchella, 2021). De récentes études ont également montré que les réorganisations matérielles de l’espace de travail pouvaient générer des appropriations (idéelles) différenciées de celui-ci, pouvant même mener jusqu’à des « luttes des places » (Minchella et Bourdin, 2022).

Ces thèmes proposés s’inscrivent dans une dynamique de dialogue entre les approches matérielles et idéelles de la spatialité du travail. La littérature francophone, bien que riche, reste parcellaire sur le sujet, avec des recherches souvent focalisées soit sur l’aspect matériel (par exemple, l’agencement physique des espaces de travail), soit sur l’aspect idéel (la symbolique et la signification attribuées à ces espaces). Ce colloque offre une opportunité unique de faire dialoguer ces deux écoles de pensée, pour une compréhension plus complète et nuancée des enjeux liés aux transformations actuelles des espaces de travail. Dans ce contexte, nous invitons les chercheurs, praticiens et autres professionnels intéressés par ces questions à soumettre des communications qui explorent et interrogent ces transformations.

THEMES DU COLLOQUE :

Nous encourageons particulièrement les propositions qui cherchent à faire dialoguer les approches matérielles et idéelles/symboliques de la spatialité du travail, un champ d’étude encore parcellaire en francophonie.

  • Les nouvelles formes d’organisation des espaces de travail (open space, hot-desking, bureaux modulables et cloisons mobiles, etc.), les nouveaux lieux de travail en dehors des organisations (domicile, tiers-lieux, coworking, etc.) et l’incidence de ces changements sur la vie sociale des individus, leur performance et leur bien-être ;
  • L’impact sur le management d’équipes partiellement ou entièrement à distance ; Les nouvelles fonctions des espaces de travail au sein des organisations (lieux de production versus lieux de socialisation) ;
  • L’appropriation et l’usage de ces nouvelles spatialités du travail par les individus.
Contact :
Partager :

Membre du réseau FNEGE

23 janvier 2024

Formation FNEGE : Former à la santé au travail par le jeu : c’est possible !

Actualités Réseau
28 février 2024

Esdes : Nathalie Bertin Boussu est nommée directrice de la transition écologique et sociale

26 février 2024

Impacts de l’Intelligence Artificielle sur le management et développement des réseaux de franchise : menaces et opportunités

Abonnez-vous à notre newsletter !

(*) Champs obligatoires